TOURISME ET AFFAIRES CULTURELLES

Il est identifié quatre secteurs d’activités dans le domaine du tourisme et des affaires culturelles de la Ville de Rolle, à savoir :

1.       L’accueil et le développement touristique
2.       Les événements, manifestations et fêtes
3.       La promotion et le développement des activités du théâtre du Casino
4.       La gestion du patrimoine

Dans ce rapport, seules les affaires touristiques sont traitées, notamment pour répondre au plus vite au Conseil communal de Rolle par le dépôt d’un préavis sur ce sujet.
Les autres points seront traités dans le courant du premier trimestre 2011.
L’accueil et le développement touristique

Bref historique
Durant un certain nombre d’années, l’AICC s’est occupée et à développé les affaires touristiques à Rolle et dans la région de La Côte avec l’aval et la confiance de la Municipalité de Rolle. Cette dernière a aidé encore plus particulièrement cette Association par le financement à hauteur de 60’000.- de son activité et en offrant des droits de superficie sans intérêt notamment au camping et à la loge du Château de Rolle.

Par ailleurs, la Municipalité de Rolle a soutenu pendant de nombreuses années les activités de l’AICC en mettant à disposition gratuitement des moyens logistiques, considérant à juste titre que celle-ci apportait une contribution intéressante à l’animation de Rolle et de ses environs.

En résumé, notre commune jouait un rôle majeur et prépondérant pour le développement touristique de la région, tout en n’ayant pas toujours « voix au chapitre » des décisions stratégiques et financières.

Dès 2006-2007, plusieurs événements vont se succéder ébranlant la relative bonne marche de cette Association, les voici brièvement résumés :

2006     

Suite à la reprise du camping de Rolle par l’Association (camping géré jusqu’alors par le TCS), celle-ci peine à trouver un financement pour la rénovation des installations sanitaires devenues vétustes. La nouvelle municipalité fraîchement élue souhaite par ailleurs reprendre au nom de la commune, certains des objets immobiliers construits sur son territoire avec des droits de superficie. Un accord de rachat échelonné des installations du bâtiment de la buvette du camping est dès lors signé.

2007 

La dissolution des districts de Rolle et d’Aubonne avec des rattachements respectivement au district de Nyon et Morges a pour conséquence le déchirement politique du Cœur de La Côte.

La section « commerces et entreprises» de l’AICC est au point mort et ne trouve pas de solutions pour se redynamiser.

2008    

De nombreuses communes de l’ancien district de Rolle adhèrent au Conseil régional de Nyon. Ce dernier s’occupe notamment avec NRT (Nyon région tourisme) du développement touristique de cette partie du canton.

La Municipalité de Rolle reprend la gestion du camping en son nom.

Une nouvelle loi attribue aux communes la perception des taxes de séjour.

Contrainte principale : le produit des taxes doit être attribué exclusivement au profit du développement touristique. Le Conseil régional de Nyon se profil sur cette question.

2009 

Changement de direction au comité de l’AICC qui voit le départ de son Président-Directeur avec comme conséquence une succession probablement mal gérée, mal digérée.

Dissensions entre la nouvelle Présidente et nouvelle Directrice et conflit généralisé au sein du comité.

Nomination d’un Comité provisoire qui après avoir analysé la situation, établi des propositions, et se résout après plusieurs mois à faire voter en assemblée générale la dissolution de l’AICC au 30 juin 2010.

2010   

Dès lors municipalité de Rolle se retrouve contrainte officiellement de reprendre et maintenir une activité de gestion et d’accueil touristique, notamment en conservant le personnel de la loge du Château et en assurant les salaires et les frais courants.

Après une expertise financière neutre des comptes et bilans de l’AICC, celle-ci conclu à un résultat nul entre les actifs et passifs liants l’AICC et la commune de Rolle. Dès lors, la page est tournée.

Analyse de la situation de l’offre touristique à Rolle
et des moyens disponibles.

Peu ou pas d’offre comparable à Nyon, Morges ou St-Cergues

Force est de constater que l’offre touristique à Rolle se limite à peu de chose. En effet, le Château n’est pas visitable, il n’y a pas de musée ou d’attraction dignes de ce nom, pas d’installations sportives d’intérêt suprarégional. Quant à l’offre hôtelière, elle est à ce jour presque inexistante et dans ce contexte les quelque chambres d’hôte n’ont aucune peine à faire le plein. S’agissant du camping, il en est de même. Idéalement situé au bord du lac, d’une capacité relativement limitée, la promotion par son site internet suffit à le remplir.

Par ailleurs, la qualité du paysage, la douceur des quais, quelques restaurants et pâtisseries font de Rolle une réputation qu’il n’y a d’une certaine manière pas besoin de promouvoir.

Situation géographique exceptionnelle
La situation géographique parfaitement centrée entre Genève et Lausanne, avec une sortie autoroutière, une gare régionale qui prend de l’importance, un accès direct au lac avec un débarcadère officiel de la CGN, un port de plaisance avec places visiteurs, font de Rolle un endroit privilégié pour relayer l’information touristique de cette région du canton de Vaud.

Installations d’accueil
Le bâtiment d’accueil (loge du Château) situé au centre ville proche de l’administration communale, proche du Château, du lac, disposant de solutions de parking, visible depuis les principaux axes routiers, offre un potentiel exceptionnel. Ce bâtiment a d’ailleurs parfaitement été conçu par l’AICC en rapport aux tâches auxquelles il était destiné.

Un personnel qualifié et fiable
S’ajoutant à ce qui précède le personnel hérité de l’AICC dispose d’une expérience et de compétences adaptées aux missions qui peuvent lui être confiée. Cette expérience offre en complément la possibilité d’accueillir annuellement au moins un/une stagiaire en formation dans le domaine touristique, ce qui permet un échange positif réciproque. Il s’agit par conséquent de préserver cet acquis et même de le renforcer.

Un rôle utile et indispensable pour la gestion du camping
En l’absence d’un concept et d’une solution à long terme quant à la gestion du camping, la structure en place permet de satisfaire dans l’immédiat aux principaux besoins et renseignements requis par les clients du camping. Ceci est précieux, car il faut se rappeler qu’un camping est un outil de promotion qui rapporte de l’argent à la commune de Rolle du point de vue de la location directe, de la consommation durant le séjour et bien entendu du produit des taxes.

Des activités et manifestations sous contrôles
Un certain nombre d’activités et manifestations restent dans l’immédiat sous le contrôle du tourisme, tels que le rendez-vous mensuel estival des « coffres ouverts », la « Parade navale, le Festival des Orgues de Barbarie, etc. Par ailleurs, le personnel en place gère et distribue les réservations des soirées théâtrales du Casino, réserve et encaisse les abonnements CFF Flexicards, etc.

Certaines tâches concernant les questions événementielles et manifestations pourraient être revues dans le courant 2011 lors de l’étude sur cette question. Cependant, on peut considérer également que de nouvelles missions pourraient être confiées  liées au fonctionnement de la commune et à l’accueil des nouveaux habitants par exemple.

D’autre part, l’engagement éventuel d’un/d’une responsable de l’événementiel ne résoudra pas la nécessité d’une permanence quotidienne sur le terrain.

Finalement, l’examen détaillé du cahier des charges des personnes concernées révèle une foule de tâches utiles à priori pour notre commune.

Un relais touristique entre Genève et Lausanne
Partie intégrante du district de Nyon, Rolle ville de villégiature depuis des décennies, ne peut ignorer les affaires touristiques dont il faut rappeler qu’elles constituent la première source de revenu du pays. Cependant, située en limite de la région Nyon, Rolle se situe également en limite de la région Morgienne.

De ce fait, son rôle qui ne peut être un office de tourisme à part entière pour les raisons évoquées précédemment, semble être à l’évidence celui de créer un pont touristique entre les deux régions.

Un « Point d’informations touristique » au profit de Nyon, St-Cergues, et Morges. Ce rôle est la partie qu’il reste à définir ces prochains mois en collaboration avec les instances concernées.

Conclusions
Sur le plan touristique, on vient de le voir Rolle à plus à donner qu’à recevoir. Constatant cela, il est évident qu’elle doit jusqu’à nouvel avis demeurer autonome sur le plan organisationnel et sur le plan financier. De même on l’a vu, un très grand pourcentage du cahier des charges concerne des activités proprement rolloises.

Un rôle qui n’a pas été décrit plus haut est celui de relais d’informations au profit de la partie gastronomie – domaines viticoles – produits du terroir  de la région de La Côte. Certes ce rôle est rempli en partie par la Route du Vignoble, mais à l’évidence le « Point d’informations » de notre commune joue un rôle important, ne serait-ce que pour la partie disponibilité de chambres d’hôtes. Sur cette question également, il semble que nous ayons plus à donner qu’à recevoir.

Questions prioritaires :

Les questions qu’il faut se poser immédiatement sont par conséquent les suivantes :

Quel pourcentage de l’activité touristique constitue le cahier des charges
du « Point d’informations » de Rolle ?

Qui bénéficie en premier lieu de cette activité dédiée ?
Comment et par qui cette activité est-elle financée ?
Le personnel actuel a-t-il les compétences nécessaires et est-il suffisant ?

Propositions :
Une délégation rolloise doit dans les plus brefs délais rencontrer les instances touristiques des régions concernées afin de convenir de ce qui précède et définir une politique adaptée au contexte de note ville, soit la mise en place d’un contrat de prestations.

Questions secondaires :
Les questions qu’il faudra se poser dans un avenir plus ou moins lointain :

Quel rôle notre cité peut-elle jouer à l’avenir dans le développement touristique ?
Comment développer une infrastructure hôtelière ?
Quels sont les atouts que nous avons (camping, plage, ports, château, casino, école international etc.) ?
Comment développer ces atouts et étendre notre offre?

Propositions :

Ainsi que déjà évoqué, ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’offre touristique que nous ne devons pas avoir une politique du tourisme. De ce fait, il serait souhaitable que cette activité soit regroupée désormais avec les affaires culturelles. Une commission culturelle redynamisée composée dès lors aussi de personnes liées au développement économique (commerçants, restaurateurs, entreprises, gérant du camping etc.) s’occuperait également des questions de tourisme et d’économie, rapportant périodiquement à la Municipalité.

Finalement, soyons lucides, Rolle ne construira pas dans un quelconque avenir une maison des congrès, une patinoire, le plus grand centre hôtelier entre Lausanne et Genève, mais il y aura peut-être des initiatives privées telles que l’auditorium prévu par l’institut Le Rosey et des fusions de communes qui étendront l’offre d’une communauté d’intérêts toujours plus grandes.

Et puis Rolle, a un château. Un château exceptionnel de par sa situation notamment. Avec un peu d’imagination et pas mal de ténacité, et  pour autant que la politique locale y consente, celui-ci pourrait devenir l’écrin de grandes expositions, d’un musée international, d’une Fondation, et de bien d’autres projets effaçant d’un seul coup deux siècles d’attentisme. Le plan directeur du Château devrait être aménagé en ce sens.

Rolle pourrait peut-être ainsi redevenir la ville qui a attiré à son âge d’or les personnages les plus illustres de l’époque et des artistes de toutes sortes.

Une ville attirante et rayonnante.

La Perle du Léman.